Lors d’un jour de pluie dans les Vosges, comme vous ne pouvez ni aller vous dégourdir les pattes sur les chemins de randonnée ni enfourcher votre fidèle compagnon à 2 roues sur la voie verte, pourquoi ne pas aller assister à la fabrication artisanale des bonbons à la confiserie La Bressaude à l’entrée de La Bresse ?

 

La confiserie La Bressaude perpétue la tradition du bonbon d’antan

Depuis plus de 15 ans, la confiserie La Bressaude fabrique de manière traditionnelle des bonbons de toutes sortes :

  • bonbons durs,
  • bonbons mous,
  • nougats,
  • guimauves,
  • pâtes de fruits…

La confiserie La Bressaude, c’est aussi un magasin qui propose à la vente les bonbons de toutes les formes et de toutes les couleurs fabriqués sur place. Cola, violette, coquelicot, myrtille, sapin, mirabelle, caramel, pomme, banane, ananas… Il y en a pour tous les goûts pour le plaisir des petits comme des grands qui retrouveront, à travers ces bonbons, la douce saveur de leurs souvenirs d’enfant…

Le saviez-vous ?
À la confiserie La Bressaude, 1 tonne de bonbons sont fabriqués par semaine et par seulement 3 personnes !

Vous êtes prêts ? Alors c’est parti pour la découverte de la fabrication des bonbons en 4 étapes !

Bonbons

 

La fabrication artisanale des bonbons

 

1- La cuisson de la pâte à bonbons

Le saviez-vous ?
Pour obtenir une énorme pâte à bonbons de 12 kg, il faut 8 kg de sucre cristallisé, 1,75 L d’eau et 4kg de glucose !

Le glucose ajouté est un anti-cristallisant qui permet de garder longtemps les bonbons.

Confiseur versant le sucre

 

On fait cuire la pâte à bonbons dans un immense chaudron en cuivre pendant environ 50 minutes jusqu’à ce que la température atteigne 145° C.

Au cours de cette étape, il faut bien mélanger pour que les cristaux fondent rapidement et surveiller la température.

Lorsque le sucre est cuit, la pâte est prête à être travaillée !

Confiseur mélangeant le sucre

 

2- Le travail de la pâte à bonbons

On verse la pâte encore chaude sur la table froide qu’on aura pris soin de huiler avec de l’huile de colza.

Travail de la pâte à bonbon 1

 

On y ajoute du citron qui donnera aux bonbons leur goût acidulé et l’arôme (bien dosé !) et la couleur (colorant naturel) correspondant aux bonbons que l’on veut réaliser. On replie on mélange le tout.

Travail de la pâte à bonbon 2

 

Ce gros bonbon de 12 kg est ensuite placé dans la machine à pétrir pour obtenir une belle pâte bien homogène.

Pâte à bonbon pétrie

 

3- La mise en forme des bonbons

Le saviez-vous ?
La pâte de 12 kg donnera 6000 bonbons !

Pour mettre en forme les bonbons, on coupe la pâte aux ciseaux pour la faire passer entre 2 cylindres en bronze qui auront pour effet d’aplatir et d »étirer la pâte tout en donnant la forme souhaitée aux bonbons.

Mise en forme des bonbons

 

Après le passage entre les 2 cylindres c’est une bande de bonbons quasiment formés mais encore reliés entre eux qui défile sur un tapis roulant.

Bande de bonbons collés les uns aux autres sur le tapis roulant

 

Au bout du tapis roulant, les bonbons se séparent tout seuls en tombent dans le panier de réception.

Le saviez-vous ?
Le « gros bonbon initial » de 12 kg a permis de faire défiler 15 mètres de pâte sur le tapis roulant pour « donner naissance » à 6000 bonbons !

Bonbons atterrissant dans le panier de réception

 

4- La touche ultime pour des bonbons parfaits

Dernière étape, il est indispensable de faire tourner les bonbons dans le panier de réception pour :

  • enlever les « chutes »
  • ajouter un sirop bouillant (sucre liquide). En tournant, le sirop sèche, l’eau s’évapore, il ne reste que le sucre qui viendra sur les bonbons sous forme de cristaux : ces cristaux de sucre blanchissent les bonbons pour les protéger et éviter qu’ils collent entre eux.

Bonbons tournant dans le panier de réception

 

Et voilà, à l’arrivée, on a 6000 bonbons prêtes à être emballés !

Le saviez-vous ?
– Un français consomme en moyenne 4 kg de bonbons par an mais le plus gros consommateur européen est le Danemark.
– Un confiseur est celui qui fabrique des bonbons tandis qu’un sucrecuitier est celui qui fabrique des bonbons durs.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais du coup, j’ai bien envie d’aller déguster quelques bonbons !

Dégustation de bonbons

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

6 Réponses

  1. Gary@Réunion de consommateur

    Attention aux caries ! En tout cas l’article est fort intéressant.
     » il faut 8 kg de sucre cristallisé » ça paraît impressionnant quand on lit ça… heureusement qu’en dessous tu précises que c’est pour 600 bonbons.
    En tout cas chapeau pour faire autant de bonbons en étant seulement 3 !

    Répondre
  2. Karine

    Lire cet article à 11h30, c’est un pousse-au-crime! J’ai faim maintenant mais faim de sucré…

    Répondre
      • Karine

        Honnêtement, bof! Ma curiosité culinaire n’est pas tentée sur ce coup là. Peut-être si je n’avais rien mangé depuis quelques jours, ou si j’étais à Koh Lanta…

  3. Lucie

    8kg de sucre! Je savais qu’il y en avait beaucoup mais j’avais sous-estimé la quantité. Les bonbons c’est pas vraiment mon truc, trop sucré 🙂

    Répondre
    • Nath

      Même si on n’aime pas les bonbons, la visite de la confiserie et la fabrication en direct des bonbons c’est sympa à voir !

      Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.