Des 5 vallées (vallée de la Vésubie, vallée de la Tinée, gorges du Cians, gorges de Daluis, vallée de la Roya) accessibles à la journée depuis chez moi, la vallée de la Tinée est sûrement celle que je connais le moins bien, qui plus est en hiver.
Alors quand Gilles propose une rando raquettes de 800 m de dénivelé (oui, moi j’aime quand ça grimpe !) au belvédère de l’Alp au départ du hameau de Roya, je saute sur l’occasion. On est le 28 décembre 2016, la neige est présente, uniquement dans certains coins du Mercantour et à partir d’une certaine altitude : il faut en profiter quand la neige est là, elle est de plus en plus tardive et timide dans nos Alpes du Sud ! En plus, c’est un coin que je ne connais absolument pas. Pire, sur le coup, j’ai cru que le hameau de Roya était dans la vallée de la Roya : cela aurait logique, non ?

rando haeau de Roya

Hameau de Roya : départ pour le Belvédère de l’Alp

Nous sommes 12 motivés à nous retrouver à la boulangerie de Saint-Martin-du-Var à 7H30, cette boulangerie étant le point de ralliement de bon nombre de groupes de randonneurs des environs de Nice et permet de faire du covoiturage : plus écologique, plus économique et en plus cela permet de déconner pendant tout le trajet ! C’est parti, en route pour le hameau de Roya… dans la vallée de la Tinée !

Le hameau de Roya a été habité jusque dans les années 60 par des familles d’agriculteurs et d’éleveurs. Aujourd’hui, de ce hameau de montagne typique au charme certain, il ne reste guère que quelques bâtisses de pierres et de bois et… la vieille école transformée en gite d’étape et table gourmande (avis aux amateurs !).
Une fois garés sur le parking supérieur (1590 m d’altitude, balise 140), nous enfilons rapidos nos équipements anti-froid et mettons les raquettes sur le dos : trop peu de neige, pour pouvoir chausser les raquettes. Cela ne m’enchante pas, mais bon pas le choix…

Ça démarre à fond sur la large piste de terre joliment recouverte de grandes plaques de verglas comme je les déteste ! Moi qui aime bien avoir le temps de me mettre en jambes, va falloir que je m’accroche ! Bon je colle à la tête du groupe pour éviter de me laisser distancer dès le départ. Heureusement mes nouvelles chaussures de rando avec une semelle « accrocheuse » me permettent de ne pas glisser. Mais nous sommes partis tellement vite que nous n’avons pas remarqué qu’en bifurquant à gauche à la balise 142 direction le col de Crous, 3 personnes du groupe n’avaient pas suivi, continuant tout droit, en mettant le turbo car ils ne nous voyaient plus devant.

Du coup, après la descente, une fois le torrent traversé, nous avons dû atteindre une vingtaine de minutes à l’ombre (et ça caille !) pendant que Gilles tapait un petit sprint pour aller récupérer les 3 randonneurs égarés ! 1/4 de perte dès le début de la journée, ça ne le fait pas ! Heureusement tout est vite rentré dans l’ordre !

portage raquettes belvédère de l'Alp

Ça grimpe bien et on remonte toujours à vive allure. Au début, je n’ose pas trop sortir mon appareil photo car le temps d’une photo et… je risque de me faire larguer ! Mais quand on débouche dans le vallon de l’Alp baigné par le soleil, là je suis tellement scotchée par le paysage ondulé de blanc que je ne peux pas résister. Et en plus je découvre que nous sommes 2 photographes. On sera donc 2 à fermer la marche ! Et finalement pas de soucis, le groupe sera ravi d’avoir des photos de cette rando sublimissime !

paysage vallon de l'Alp

Bonne nouvelle on finit par chausser les raquettes : ce n’est pas que je n’aime pas balader mes raquettes, mais je préfère quand même largement quand elles sont à mes pieds !

rando belvédère de l'AlpOn traverse le vallon : quelques devers, ça monte…montée vallon de l'Alp

vallon de l'AlpMais qu’est-ce que c’est beau ! Le sentier ayant été avalé par la neige, heureusement que dans le groupe il y a des connaisseurs du coin!

groupe randonneurs belvédère de l'Alp

Des forces au col de Crous avant l’ascension du belvédère de l’Alp

Dernière remontée dans le vallon et nous arrivons au col de Crous à 2202 m d’altitude.

montée col de Crous vallée de la TinéePassage stratégique entre la vallée du Var et la vallée de la Tinée, le col de Crous, avec son ouvrage d’infanterie, faisait partie de la ligne Maginot.

col de Crous vallée de la Tinée col de Crous départ hameau de Roya col de Crous belvédère de l'Alp

La vue du col est top ! Et le belvédère de l’Alp est en vue : il reste une sérieuse montée ! Décision est prise de pique-niquer au col avant de monter au belvédère : plusieurs d’entre nous auraient préféré déjeuner dans la neige malgré le petit vent mais on se rallie à la majorité et on bascule légèrement de l’autre côté du col pour être à l’abri du vent mais… dans la rocaille ! Pas bien grave au fond, le soleil est là et la pause s’apprécie !

pique-nique col de Crous

Le belvédère de l’Alp et son panorama exceptionnel !

Les estomacs satisfaits, nous entamons la dernière pente, bien inclinée (genre 45°…). Je suis tellement impatiente d’arriver au sommet que je me sens l’agilité d’un chamois dans ce dernier effort !

montée belvédère de l'Alp

Et j’avais raison ! Quel panorama à 360° ! La cime Nègre, le Mounier, la station de Valberg et même la Méditerranée ! Mais quel bonheur d’être là ! Quel privilège de goûter à de tels paysages !

cime Nègre

Je traînerais bien là pendant des heures… Aucun mot ne pourrait décrire les sensations éprouvées là-haut, sur le toit des Alpes ! J’ai l’impression d’être embarqué dans un voyage lointain, loin du brouhaha du monde !

raquettes pied de la cime Nègre

Il n’y personne d’autre que nous 12. Sur la journée, à part 2 skieurs, nous ne croiserons personne !

Mais voilà, il faut bien redescendre et avaler les 900 m de dénivelé (oui il y a un peu plus que prévu !) dans l’autre sens. Petite frayeur dans la descente, la tête du groupe, à un moment, sent le sol »descendre de quelques cm » !… Le silence s’installe, on dévie… Tout le monde n’a pas de DVA, on s’organise au mieux… Et je me promets d’acheter un DVA : dans ce type de rando hors pistes damées, je me rends compte de mon insouciance. Plus question de jouer avec a sécurité et celle de mes compagnons de rando…

belvédère de l'Alp toit des Alpes

raquettes à neige bevédère de l'Alp

crête belvédère de l'AlpTout se termine bien. Tout le monde a le smile : la journée, auréolée d’un large soleil, a ressourcé les esprits. On clôture cette belle rando au belvédère de l’Alp par un verre dans un bar de village : encore un beau moment de partage ! La nuit est tombée, les journées sont courtes en début de saison.
Il est un peu plus de 20H quand je rentre chez moi, épuisée mais un immense sourire dans la tête et des images qui défilent dans le fond de ma rétine !

Au passage : merci à Gilles pour l’initiative de cette belle rando peu connue. 🙂

raquettes belvédère de l'Alp

Accès au départ de la rando pour le belvédère de l’Alp

Pour ceux qui seraient tentés par cette rando, voici comment gagner le hameau de Roya au départ de Nice :

  • remonter la vallée du Var par la RM 6202 jusqu’à la Mescla.
  • Prendre à droite la vallée de la Tinée (RM 2205)
  • Poursuivre sur cette route jusqu’au hameau du Bourguet, entre Isola et St-Étienne-de-Tinée
  • Prendre alors une petite route en lacets à gauche (RM 61)
  • Traverser le hameau de Roya jusqu’au parking, terminus de la route.

arrivée belvédère de l'Alp

 

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

4 Réponses

  1. Sylvie

    Waouh ! Le top cette rando raquettes ! Je n’ai jamais fait de circuits non balisés comme ça, j’imagine que ça doit être vraiment le pied ! A condition bien sûr d’être avec quelqu’un qui connait… J’ai fait trop peu de sentiers raquettes à mon goût pour l’instant, et uniquement sur des sentiers balisés, mais pourtant j’arrive parfaitement à comprendre ce que tu as éprouvé comme bonheur dans ces grands espaces là-haut, car c’est ce que j’éprouve à chaque fois quasiment ! Un bien-être qu’il est bien difficile de décrire et qu’il faut vivre pour comprendre… C’est l’incroyable pouvoir de la nature. Et dans la neige c’est encore différent… Merci pour ce moment de rêve que tu m’as offert !
    Le dernier article de Sylvie : Nos vacances en 2014 : les Pyrénées (Pays Basque et Hautes-Pyrénées)My Profile

    Répondre
    • Nath

      Le pouvoir de la Nature… capable de se réinventer sans cesse… c’est tout à fait ça ! Et la neige accentue encore la magie d’un paysage, le sentiment de liberté, d’immensité, de plénitude…
      Mais je pensais que tu avais déjà fait des itinéraires non balisés en raquettes ! J’ai du mal lire alors ! lol
      Oui, faut être accompagné de personnes ayant un minimum de connaissances de la montagne, sachant s’orienter, et mesurer les risques liés à la météo, à la neige…

      Répondre
  2. Sylvie

    Euh… oui, tu as raison, on s’est aventurés une fois sur un sentier non balisé (mais je ne pense pas en avoir déjà parlé sur mon blog, je ne sais plus…), parce qu’on connaissait bien ce sentier en été. Mais finalement on a pas pu aller jusqu’au bout car au bout d’un moment, quand il y a eu plein de neige dans les hauteurs, tous nos repères d’été ont disparu, et on a pas voulu prendre de risques. C’est flippant quand même la neige en hors circuit…
    Le dernier article de Sylvie : Nos vacances en 2017 : l’Afrique du SudMy Profile

    Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.