Le Corcovado, joyau vert brut, constitue le but ultime d’un voyage au Costa Rica, que ce soit pour y vivre une expérience magique d’un ou deux jours ou pour en percer les arcanes au cours d’un trek de plusieurs jours. Mais c’est près de 8 mètres de précipitations par an qui tombent dans le Corcovado ! Y aller en saison des pluies est donc toute une aventure en soi !…

En route pour le Corcovado

 

Comment aller dans le Corcovado ?

Deux points de départ pour aller dans le Corcovado : Bahia Drake ou Puerto Jimenez. En ce qui me concerne, j’ai choisi la seconde option. L’idée n’est pas de faire un trek au coeur du parc car en saison des pluies, explorer le coeur du Corcovado s’apparente à effectuer le parcours du combattant, mais plutôt d’avoir une première approche du parc.

 

Un trajet qui n’est pas de tout repos !

Puerto Jimenez, 5H du mat’, réveil difficile mais il faut boucler le sac pour gagner la gare routière. Départ 6H du mat’ à bord d’un 4×4… J’ignorais encore à quel point le 4×4 allait se révéler indispensable pour arriver aux portes du Corcovado…

Euphorique à l’idée de vivre une expérience inédite dans la jungle, je ne pense pas un instant que le trajet va être rock’n roll…

Véhicule pour aller dans le Corcovado

 

Et pourtant, après un moment sur une route chaotique, le 4×4 s’arrête. ??? Que se passe-t-il ??? Ah oui, d’accord, à cause des pluies tombées ces derniers jours une rivière boueuse s’est créée et, en y regardant de plus près, il s’avère que son niveau est quand même élevé. Evidemment, pas de pont, ce qui signifie qu’il va falloir traverser la rivière !!!

Nathalie devant la rivièrePlusieurs véhicules attendent face à la rivière, aucun ne semble particulièrement décidé à s’engager… Et pour cause, le chauffeur explique qu’il va falloir patienter un peu que le niveau de l’eau descende un peu pour pouvoir passer sans noyer le moteur !!! Au bout d’une heure environ, enfin, le chauffeur donne le signal !

 

C’est drôle mais je n’ai pas vraiment l’impression que le niveau de l’eau soit descendu… enfin s’il le dit, c’est que ça doit passer !… N’empêche, je ne suis pas franchement rassurée sur ce coup-là !!! Bon allez c’est parti ! Ca chahute, on s’accroche… la rivière me paraît bien large d’un coup ! Mais ça passe ! Ouf ! C’est reparti ! Mais pas pour longtemps ! Une autre rivière se dresse en travers de notre chemin ! Et c’est la même histoire qui recommence… La première fois, c’était rigolo mais au bout de 4 ou 5 rivières, ça devient un peu pénible de devoir faire le poireau en attendant que l’eau descende !

 

Mais bon cela fait partie des aléas du voyage, surtout quand on décide de faire un tel trajet en saison des pluies !

Voiture traversant la rivière

 

Du coup, le trajet est beaucoup plus long que prévu : le Terrapin Lodge se mérite !

Enfin, on finit par arriver à la lisière du Corcovado avec ses paysages inondés. A moi le Corcovado, sa jungle, ses toucans, ses aras…

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.