Le marché d’Otavalo du samedi est réputé être le plus grand, le plus beau, le plus coloré, le plus spectaculaire de tous les marchés d’Amérique du Sud. C’est pour cette raison, en partie, que j’avais inscrit Otavalo dans mon itinéraire de voyage en Equateur. Je ne vais pas faire durer la suspense plus longtemps… Autant la ville d’Otavalo m’a séduit par son atmosphère paisible, autant le marché andin du samedi m’a laissée sur ma faim…

Otavalo

 

Pourquoi le marché d’Otavalo ne m’a pas enthousiasmée ?

Comme mon séjour à Otavalo incluait un samedi, je suis bien évidemment allée flâner sur le marché andin dont tout le monde parle. Bien sûr, voir les indiens en costume traditionnel est quelque chose d’assez unique… Mais ce qui me dérange, c’est que j’ai l’impression que ce marché n’a pas cette authenticité que j’aime lorsque je flâne dans les marchés du bout du monde

Poupées sur le marché d'Otavalo en Equateur

 

Peut-être aussi que les produits sont typiques mais j’ai davantage l’impression de me retrouver dans un dédale de stands des « must » à ramener d’Equateur pour dire « J’y étais ».
Pulls, ponchos, chapeaux panama, couvertures, nappes, broderies, poupées, objets colorés… Tous les stands se ressemblent et vendent la même chose.

Comme je ne suis pas du genre à acheter des souvenirs qui prendront la poussière sur une étagère une fois rentrée en France, avant de finir abandonnés au fin fond d’un tiroir, je ne suis pas vraiment séduite par cet alignement de stands copiés-collés. Je me vois mal me balader en poncho et chapeau panama sur la Côte d’Azur : on me prendrait pour une cinglée !

Marché d'Otavalo en Equateur

 

Pourquoi j’ai très peu photographié le marché d’Otavalo ?

Bien sûr, pour qui veut faire des photos, le marché vaut le coup d’œil, mais même là, je n’ai pas eu trop envie de sortir mon appareil photo…

A plusieurs reprises, j’ai senti les regards accusateurs (mais compréhensibles) des locaux posés sur mon appareil photo comme si j’allais faire commerce de leur vie une fois rentrée dans mon pays. Je ne peux les en blâmer. J’ai senti que le tourisme avait déjà perverti l’âme de ce marché depuis longtemps…

Je n’irais pas jusqu’à dire que ce folklore est destiné à séduire les touristes en mal de dépaysement, mais pas loin… Le marché d’Otavalo est peut-être typique, mais je lui trouve surtout quelque chose de typiquement touristique…

Et je vais vous paraître folle mais j’ai largement préféré flâner dans le marché quotidien d’Otavalo, vrai marché local, mais j’aurais l’occasion de vous en reparler dans un prochain article !

C’est drôle mais j’ai l’impression de ne jamais aimer les endroits considérés comme les « must » d’un pays… Suis-je normale ? Cela vous est-il déjà arrivé d’avoir ce genre de sentiment ?

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Oui, je veux un lien vers mon dernier article !