Le marché d’Otavalo du samedi est réputé être le plus grand, le plus beau, le plus coloré, le plus spectaculaire de tous les marchés d’Amérique du Sud. C’est pour cette raison, en partie, que j’avais inscrit Otavalo dans mon itinéraire de voyage en Equateur. Je ne vais pas faire durer la suspense plus longtemps… Autant la ville d’Otavalo m’a séduit par son atmosphère paisible, autant le marché andin du samedi m’a laissée sur ma faim…

Otavalo

 

Pourquoi le marché d’Otavalo ne m’a pas enthousiasmée ?

Comme mon séjour à Otavalo incluait un samedi, je suis bien évidemment allée flâner sur le marché andin dont tout le monde parle. Bien sûr, voir les indiens en costume traditionnel est quelque chose d’assez unique… Mais ce qui me dérange, c’est que j’ai l’impression que ce marché n’a pas cette authenticité que j’aime lorsque je flâne dans les marchés du bout du monde

Poupées sur le marché d'Otavalo en Equateur

 

Peut-être aussi que les produits sont typiques mais j’ai davantage l’impression de me retrouver dans un dédale de stands des « must » à ramener d’Equateur pour dire « J’y étais ».
Pulls, ponchos, chapeaux panama, couvertures, nappes, broderies, poupées, objets colorés… Tous les stands se ressemblent et vendent la même chose.

Comme je ne suis pas du genre à acheter des souvenirs qui prendront la poussière sur une étagère une fois rentrée en France, avant de finir abandonnés au fin fond d’un tiroir, je ne suis pas vraiment séduite par cet alignement de stands copiés-collés. Je me vois mal me balader en poncho et chapeau panama sur la Côte d’Azur : on me prendrait pour une cinglée !

Marché d'Otavalo en Equateur

 

Pourquoi j’ai très peu photographié le marché d’Otavalo ?

Bien sûr, pour qui veut faire des photos, le marché vaut le coup d’œil, mais même là, je n’ai pas eu trop envie de sortir mon appareil photo…

A plusieurs reprises, j’ai senti les regards accusateurs (mais compréhensibles) des locaux posés sur mon appareil photo comme si j’allais faire commerce de leur vie une fois rentrée dans mon pays. Je ne peux les en blâmer. J’ai senti que le tourisme avait déjà perverti l’âme de ce marché depuis longtemps…

Je n’irais pas jusqu’à dire que ce folklore est destiné à séduire les touristes en mal de dépaysement, mais pas loin… Le marché d’Otavalo est peut-être typique, mais je lui trouve surtout quelque chose de typiquement touristique…

Et je vais vous paraître folle mais j’ai largement préféré flâner dans le marché quotidien d’Otavalo, vrai marché local, mais j’aurais l’occasion de vous en reparler dans un prochain article !

C’est drôle mais j’ai l’impression de ne jamais aimer les endroits considérés comme les « must » d’un pays… Suis-je normale ? Cela vous est-il déjà arrivé d’avoir ce genre de sentiment ?

Souvenirs sur le marché d'Otavalo en Equateur

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

19 Réponses

  1. fedora

    Comme je te comprends ! en voyage, j’aime me balader et fureter un peu partout sans spécialement visiter LA super attraction… pourtant j’ai des destinations plus « classiques » que toi… le côté « piège à touristes » me dérange profondément…

    Répondre
    • Nath

      Bonsoir,
      Je pense que même sur des destinations plus « classiques » on peut découvrir des endroits magiques, « moins incontournables » et pourtant tout aussi intéressants.

      Répondre
  2. Esther

    Pour tout aventurier passionnée de voyage, on a envie de découvrir des truc unique qui font partie du quotidien du pays visité mais qui nous semble à nous une chose unique, excuser moi de te dire que c’est un peu connu d’avance tous ce que vous vu sur le marché du moment où tu a une idée plus ou moins de ce que c’est à travers des photos ou doc donc … à mon avis il faut creuser plus pour trouver le rare

    Bref merci pour ton témoignage sincère et bonne journée

    Répondre
  3. Dana@moi à l'étranger

    Les articles de ce marché sont très colorés et moi j’adore tout ce qui a des couleurs!
    Quant à ce sentiment de ne pas trop aimer ce que tt le monde aime, je le ressens bien des fois. Je me dis que peut être qu’en entendant les gens s’extasier je mets la barre trop haut et après le résultat n’est pas forcément à la hauteur de mes attentes!

    Répondre
    • Nath

      Bonsoir,
      Merci de ton témoignage : au moins je me sens moins seule ! Malheureusement les couleurs ne font pas tout ! 🙁

      Répondre
  4. Lucie

    Ca arrive quand on entend trop de choses (bonnes ou mauvaises) sur un lieu je pense. Jusque là, je ne crois pas avoir été déçue comme tu l’as été cependant. Ca arrivera sûrement un jour …

    Répondre
    • Nath

      Je ne sais pas si c’est le fait de lire ou d’entendre pas mal de choses sur un endroit qui crée cette déception… J’ai bien peur qu’un flux important de touristes modifie les relations avec les locaux et le visage de certains endroits…

      Répondre
  5. Laurent

    Salut Nath,
    C’est vrai que le marché d’une ville ou d’un village qui sont devenus touristiques n’a souvent plus grand-chose de traditionnel. Ça peut-être joli de par les couleurs, il peut y régner une ambiance festive, mais l’afflux quotidien de touriste à forcément pas mal changé les choses. Les marchants, qui sont là pour vendre évidemment, se mettent à vendre de plus en plus d’objets qui n’ont pour vocation que d’être achetés pour les touristes.
    Tout comme toi, j’ai souvent du mal à prendre des photos dans ces lieux. Quand je vois des dizaines de touristes défiler à mitrailler de partout, je n’ai pas envie d’être un de plus parmi eux, je me sens mal à l’aise et « agressif » avec mon appareil photo. Je le range.
    C’est un peu une des raisons qui me poussent en peu plus vers des pays moins courus depuis quelque temps. Pas toujours facile à tenir comme posture cela dit, car je reste un touriste tout comme ceux que j’essaye de fuir. Mais bon, à chacun ses contradictions !

    Répondre
    • Nath

      Bonsoir Laurent,
      Hélas tu as raison, l’afflux de touristes change parfois complètement le visage d’un site… Tu penses que certains pays moins à la mode sont épargnés ?

      Répondre
    • Laurent

      Clairement oui. Je n’ai pas le moindre souvenir de ce genre d’expérience dans les pays où peu de monde met les pieds.

      Répondre
  6. Ave Serein

    Il est vrai que lorsqu’on arrive dans un pays, la nouveauté fait que tout semble génial et on se laisse facilement avoir. Il faut bien admettre que quelques fois, les endroits signalés comme « valant le détour » ne sont pas aussi extraordinaires que ça et on reste un peu sur sa faim.

    J’ai ressenti les mêmes sensations que toi en visitant les marchés artisanaux de Madagascar.

    Bonne journée.

    Répondre
    • Nath

      Oui, je suis souvent déçue par les endroits dits « incontournables », « à voir absolument » ou très connus…
      Sur quels marchés artisanaux de Madagascar, as-tu ressenti cela ?

      Répondre
      • Ave Serein

        Bonjour,

        J’y suis allé l’année dernière. La personne qui m’accompagnait m’a gentiment suggérée de faire un tour sur le marché situé au bord de la route menant vers l’Aéroport histoire de ramener des « souvenirs ». Un véritable piège à touriste! Cela dit, la région est belle!

      • Nath

        Hello !
        Bon ben finalement c’est rassurant pour moi de ne pas être la seule à penser cela ! 🙂 Parce que sur place, les voyageurs semblaient émerveillés…

  7. Mali

    Je ne trouve pas ça dingue de préférer un marché plus tranquille et typique qu’un devenu trop touristique 😉

    Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.