À votre avis, qui sont les plus heureux ? Les usagers du métro hong-kongais ou les usagers du métro parisien ? Pour le découvrir, j’ai décidé d’organiser un petit match entre le métro hongkongais et le métro parisien en les comparant sur des critères importants en termes d’expérience utilisateur.

Métro Hong Kong

 

Round 1 : Tarif pour un trajet

Si vous empruntez le métro à Hong-Kong, le prix que vous payez dépend de la longueur de votre trajet. Vous passez votre carte Octopus, qui fonctionne comme un porte-monnaie électronique, devant la borne sans contact de votre station de départ et vous effectuez la même opération dans votre station d’arrivée : le montant débité sur la carte est fonction de la distance parcourue.

À Paris en revanche, le coût actuel du ticket de métro est de 1,70€ ou 1,27€ si vous achetez un carnet de 10 tickets. Le tarif est fixe quelle que soit la longueur du trajet parcouru : le coût du trajet peut donc être prohibitif si on n’a que quelques stations à parcourir.

Résultat round 1 :
métro Hong Kong 1 – métro Paris 0

Rame de métro à Hong Kong

 

Round 2 : Gestion des flux de voyageurs

Que cela soit à Hong Kong ou à Paris, un très grand nombre de personnes empruntent le métro.
À Hong Kong, le métro a été conçu de manière à anticiper un flux très dense de voyageurs : des rames et des quais très larges, des stations immenses où on n’a jamais la sensation d’étouffer, une fréquence de métros soutenue. Même aux heures de pointe, je ne me suis jamais retrouvée le nez écrabouillé contre la vitre, prise en sandwich entre 2 voyageurs ayant à peine conscience de ma présence… J’ai toujours au un minimum d’espace vital, ce qui est quand même grandement appréciable !
À Paris, on ne peut pas en dire autant ! C’est la cohue dans les couloirs étroits et sur les quais aux heures de pointe, il faut jouer des coudes pour pouvoir entrer dans une rame de métro déjà bondée avant l’arrêt à la station. Et durant le trajet, l’expression « serrés comme des sardines en boîte » prend tout son sens… limite je serais prête à devenir la Brigitte Bardot des sardines en boîte !!!
Malgré une fréquence de métros soutenue, le métro parisien a bien du mal à absorber le flux de voyageurs et à leur offrir un service de transports digne de ce nom… Et c’est sans compter les pannes régulières et autres incidents sur certaines lignes de métro…

Résultat round 2 :
métro Hong Kong 1 – métro Paris 0

Couloir immense d'une station de métro à Hong Kong

 

Round 3 : Propreté

Propreté du métro à Hong KongLe métro de Hong Kong, aussi bien les stations que les rames, semble avoir été sponsorisé par Monsieur Propre ! Pas de papiers gras par terre, pas de canettes vides écrabouillées, pas de reste de hamburger abandonné, pas de tags sur les murs, un sol d’une propreté immaculée… à croire que la poussière a été bannie du métro hong-kongais qui semble flambant neuf ! Il faut dire qu’il est interdit de boire ou manger dans le métro de Hong-Kong et que le montant de l’amende lorsqu’on jette un papier par terre est franchement dissuasif (l’équivalent de 500€ !)
L’atmosphère est tout aussi saine : aucune odeur pestilentielle ne vient nous asphyxier et mes mains ne poissent après s’être agrippées aux poignées ou à la barre verticale dans le métro !

À côté le métro de Paris fait figure de mauvaise élève… La saleté semble s’être insidieusement infiltrée dans toutes les interstices, dans toutes les commissures du sol, des murs et des rames de métro, à tel point que toutes les couleurs sont devenues grises… On évite soigneusement de s’asseoir sur un siège en attendant le métro, l’hygiène étant plus que douteuse…

Quant aux odeurs, elles font grimacer nos narines qui sont mises à rude épreuve… Odeurs d’urine dans certains couloirs, de transpiration et d’oeuf pourri dans certaines rames, de mauvaises fritures, de parfums capiteux, d’égoût, de vieilleries et de moisi mélangés… rien non rien n’est épargné à nos pauvres narines !

Résultat round 3 :
métro Hong Kong 1 – métro Paris 0

Poignées dans le métro à Hong Kong

 

Round 4 : Qualité de l’environnement et du mobilier

Distributeurs automatiques propres et en parfait état de fonctionnement, sièges en état correct dans les différentes rames, nombreux commerces dans les stations de métro, annonces sonores à la fermeture de portes et à l’arrivée à une station… le métro de Hong Kong améliore la vie dans les transports en commun de ses usagers. Le seul bémol est peut-être le peu de places assises dans le métro.
Dans une station de métro, pour choisir la bonne sortie, mieux vaut consulter le plan car c’est un vrai labyrinthe et les différentes sorties peuvent être très éloignées les unes des autres ! Vous pourrez emarquer au passage comme les plans sont « clean », ni taggués ni défoncés.

À Paris, les distributeurs automatiques sont d’une propreté approximative, les sièges sur certaines lignes datent de Mathusalem et ne donnent pas franchement envie d’y poser ses fesses ! En revanche, le métro parisien est doté d’annonces sonores ou visuelles matérialisées par des diodes électroluminescentes permettant de visualiser le parcours restant.
Les plans disponibles dans les stations sont loin d’être propres et il n’est pas toujours évident de savoir de quel côté il vaut mieux sortir…

Résultat round 4 :
égalité, métro Hong Kong 1 – métro Paris 1

Plan des sorties dans le métro de Hong Kong

 

Round 5 : Sécurité, fréquentation et respect

Dans le métro de Hong-Kong, on se sent en parfaite sécurité quelle que soit l’heure : pas de sollicitation intrusive, pas de mendicité, pas de bandes de voyous. Tout le contraire du métro parisien pas toujours bien fréquenté : mieux vaut tenir son sac à main, ne pas répondre aux provocations de certains usagers mal intentionnés…

Côté respect, ce qui m’a frappé dans le métro de Hong-Kong, c’est le respect des usagers. Il n’y a pas de bousculade au moment de l’ouverture des portes, les gens attendent que les voyageurs descendent avant de s’engouffrer dans la rame. Dans la rame, on n’est pas importuné par de multiples musiques hurlant dans le casque de ceux qui se croient obligés de partager leurs préférences musicales. Chacun vaque à ses occupations : lecture, musique, jeu sur tablette… mais sans jamais envahir l’espace de liberté des autres… J’aimerais pouvoir en dire autant dans le métro parisien ! En France serait-on moins disciplinés, moins respectueux, moins bien éduqués ?

Résultat round 5 :
métro Hong Kong 1 – métro Paris 0

Bouche de métro à Hong Kong

 

Score final : métro Hong Kong 6 – métro Paris 1

Le résultat final est très largement en faveur de Hong-Kong dont le métro est un vrai modèle du genre… Le métro parisien a de gros gros progrès à faire pour redonner le sourire à ses usagers…

Enseigne du métro à Hong Kong

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

2 Réponses

  1. Sylvie

    Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse. Avec un round 6, sourire des usagers….et là encore les parisiens perdent !
    Mais en France, d’autres grandes villes possèdent le métro. A comparer.

    Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.