Oh, mon Nord-Pas-de-Calais bien-aimé,

Si tu savais comme je suis accro à ton ciel tout gris comme la monotonie,
Si tu savais comme je suis émue toutes les fois que tes larmes claquent sur mon parapluie,
Si tu savais à quel point je méprise le soleil de te snober en permanence,
Si tu savais comme les secondes me paraissent des heures lorsque je suis loin de toi,
Si tu savais comme je rêve d’embrasser du regard la beauté du port de Dunkerque,
Si tu savais comme je suis sous le charme de ton tissu urbain, de tes voies rapides et de ton littoral bétonné,
Si tu savais comme je suis en admiration devant tes parcs urbains où la nature est recréée de toutes pièces pour donner l’illusion de paysages verdoyants,
Si tu savais comme je suis fan de tes sentiers aménagés qui m’assistent dans mes promenades dominicales,
Si tu savais comme je ne me lasse jamais de tes campagnes semblables à un électroencéphalogramme plat,
Si tu savais comme je suis fière de ton agriculture intensive et de tes élevages en batterie,
Si tu savais comme j’aime le parfum suave de tes fameuses tartes aux maroilles, de ton vieux-Lille ou de ton Coeur d’Arras,
Si tu savais comme j’aime tes corons si dépaysants, ta mer et tes plages aussi bleues que ton ciel,

Ah, mon Nord-Pas-de-Calais, tu n’as pas été gâté par la vie, c’est le moins qu’on puisse dire ! Aujourd’hui, je ne peux plus faire semblant et te faire croire que tu es le lieu de mes rêves… Je dois t’avouer… Je t’ai déjà été infidèle plusieurs fois… en fait chaque fois que l’occasion se présente… Je n’ai pas encore eu le courage de rompre avec toi définitivement mais un jour viendra où je te quitterai…

Tu n’es coupable de rien mais certaines qualités essentielles à mon bonheur te font cruellement défaut :

1- Tu ne m’offres pas ma dose de chlorophylle sertie dans un écrin de verdure qui sent bon le sapin et l’épicéa…

Forêt

2- Tes noirs terrils ne remplissent pas mon bol d’un oxygène pur comme en haute montagne…

Paysage

3- À cause de ta phobie des insectes, tu as fait disparaître de tes contrées papillons, abeilles et autres êtres ailés…

Abeille

4- Avec ta manie de vouloir tout domestiquer et à cause de ton tempérament peu clément, tu n’as jamais voulu entendre parler de marmottes, de chamois, de bouquetins, trop sauvages à ton goût…

Couple de marmottes

5- Tu es tellement obsédé par ton amour de la grisaille que même la neige noircit à ton contact… J’aurais tant voulu que tu m’offres un tapis de diamants blancs…

Neige immaculée

6- Tu agis tellement contre-nature que jamais plus je n’entends le doux tintement des cloches annonçant un troupeau de moutons, de chèvres ou de vaches paissant paisiblement dans les verts pâturages…

Troupeau de moutons

7- Tu méprises les fleurs sauvages, trop indisciplinées à ton goût. Tu leur as toujours préféré des parterres au carré, symétriques, archi-rangés, alors que moi je rêvais de primevères des bois, de campanules tintinabulant, de digitales et de crocus…

Crocus

8- Tes sous-bois réduits à une peau de chagrin sont trop égoïstes pour accueillir des myrtilles, des framboises ou des fraises des bois que j’adore déguster chemin faisant…

Sous-bois

9- Ton décor de briques rouges n’aura jamais le charme et l’authenticité d’un chalet en bois…

Chalet

10- Tes quartiers reliftés te défigurent tout autant que tes côtes bétonnées, tes banlieues mal réputées ou tes nouvelles constructions grignotant la moindre parcelle de terrain libre… Plus rien n’est naturel chez toi…

Coeur

Ô mon Nord-Pas-de-Calais, je dois te dire, je n’en peux plus, je ne te supporte plus… Je vais partir loin de toi… Je sais que tu te dis : « Elle reviendra, ce ne sont que des paroles en l’air, elle ne trouvera jamais mieux que moi… » Mais je t’aurais prévenu…

Et crois-moi, il serait temps que tu te remettes en question si tu ne veux pas finir tout seul, sans âme qui vive sous ton toit tout gris…

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

9 Réponses

  1. Tongs et Sri Lanka

    Super rigolo et original comme article !
    Et je trouve que l’expression l’amour vache de LadyM est parfaitement adéquate 😉
    Aaaaah, le nord… (soupir) 😉
    Je suis certaine que si un jour je pars vivre au Sri Lanka, la Picardie de ma famille me manquera… (chose inconcevable à l’heure actuelle 😉 )
    Des bises Nath !

    Répondre
  2. frikadel

    tu peux chercher, mais nulle part ailleurs tu ne seras aussi bien accueilli que par un chti
    Il ne te demandera pas ce que tu n’as pas mais t’offrir lui tout ce qu’il a…
    de la bière bien fraiche aux frites bien croquantes…

    Répondre
  3. Sophie

    Personnellement j’ai habité quelques années à Amiens et ne me suis jamais autant ennuyé. Mais peut-être que plus haut c’est mieux 🙂

    Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.