Une seule lettre les différencie, résultat on confond souvent Nosy Ve et Nosy Be… Pourtant Nosy Ve n’a strictement rien à voir avec Nosy Be !…

Piroguier à Nosy Ve

 

Amoureux du voyage, fuyez Nosy Be !

Ile située au Nord-Ouest de Madagascar, Nosy Be est un coin de Madagascar archi-touristique qui a vu débarquer touristes en mal de luxe, d’exotisme et de confort, entraînant le développement de structures haut-de-gamme, de rabatteurs et d’opérateurs touristiques reconnaissables au
symbole $ scintillant dans la prunelle de leurs yeux…

Nosy Be n’a rien de l’authentique Madagascar, de sa chaleur humaine, de sa simplicité, de son caractère spontané : autant dire que si vous souhaitez vous immerger au coeur de la véritable Madagascar et découvrir l’âme de cette île merveilleuse, mieux vaut effacer tout de suite Nosy Be de votre programme, malgré sa réputation paradisiaque… à mon avis surfaite !

 

Nosy Ve, une pépite d’île à découvrir de toute urgence !

J’ai longtemps hésité à parler sur mon blog de Nosy Ve, parce que ce genre de joyau serti sur une mer turquoise reste préservé tant qu’il n’est pas la proie du tourisme de masse…

4,5 km de long sur 1,8 km seulement ! situé au Sud-Ouest de Madagascar, Nosy Ve est un îlot corallien aux allures de bout du monde, inhabité, dépourvu de structures hôtelières : impossible de dormir sur place, et c’est tant mieux car ainsi l’impact de l’Homme reste faible…

Nosy Ve est donc une île quasi déserte, fréquentée uniquement par les pêcheurs et les voyageurs en quête de vrais paradis perdus…

Lagon de Nosy Ve

 

Nosy Ve, maison d’une espèce endémique…

Nosy Ve abrite un lagon peu profond dont les agences locales vendent la richesse de la vie sous-marine pour attirer les amateurs de snorkeling et de plongée. Mais on est loin, très loin de l’aquarium dans lequel on peut plonger en Malaisie ou aux Seychelles : les poissons sont rares, les coraux quasi inexistants (au moins en snorkeling). La vraie beauté de Nosy Ve, hormis le paysage, est ailleurs…

Crabe sur Nosy Ve

 

En effet, Nosy Ve est le seul endroit au monde où on peut observer la nidification du Phaéton à queue rouge. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais tenu à me rendre sur Nosy Ve (vous connaissez maintenant ma passion pour la faune sauvage 😉

Paysage à Nosy Ve

 

Bien sûr en arrivant sur l’île, on se demande si cette histoire de nidification est du lard ou du cochon car rien ne permet de deviner la présence de ces oiseaux. Mais une fois débarquée sur l’île, je n’ai eu aucun mal à repérer cet endroit « secret » : le site est réellement impressionnant car ce ne sont pas quelques oiseaux qui nidifient mais des dizaines et des dizaines d’oiseaux qui sont « cachés » au pied des buissons : chacun le sien !

Nidification du paille-en-queue-rouge sur Nosy Ve

 

J’avoue, j’ai toujours le coeur qui bat à 100 à l’heure quand je découvre ce genre de merveille dont seule Dame Nature a le secret. J’apprécie infiniment cette chance que j’ai de pouvoir observer ces oiseaux à l’état sauvage, en me tenant immobile à quelques mètres d’eux… J’essaie de les déranger le moins possible…

Nidification du Paille-en-Queue sur Nosy Ve

 

D’ailleurs cela me perturbe un peu de savoir qu’un tel site est finalement assez facile d’accès : combien de personnes débarqueront sur l’île dans un avenir prochain, peu soucieux du bien-être des oiseaux, se fichant pas mal de respecter leur territoire, venant juste passer une bonne journée de vacances qu’ils immortaliseront sur leur téléphone portable, ne prêtant pas garde à ne pas déranger les Phaétons, voire piétinant leurs oeufs ?…

Jeune Phaéton à queue rouge sur Nosy Ve

 

Les plus drôles sont les plus jeunes avec leur tête ébouriffée et leur plumage encore tout duveteux. Comme d’habitude, je pourrais rester là des heures sans bouger 😉

Nathalie sur Nosy Ve

 

Je m’essaie à photographier les oiseaux en vol, avec leur longue queue rouge qui lacère le ciel azuré : pas facile ! Vous imaginez, c’est genre : ah tiens, sur cette photo-là il y a un bout d’aile, et puis sur celle-là le bec est coupé, et sur cette autre, y a juste du ciel !!! Bref, il ma fallu pas mal d’essais pour capturer la beauté de cet oiseau planant au-dessus de ma tête !

Vol du phaéton à queue rouge sur Nosy Ve

 

Si les paysages de Nosy Ve sont idylliques, la découverte de l’île plaira surtout aux amoureux de la faune et aux ornithologues, même si la journée sur place est des plus agréables ! Mais par pitié, n’allez pas à Nosy Ve pour vous offrir une journée plage baignade et jouer les merguez under the sun : bien d’autres sites se prêtent au farniente à gogo, mais pas Nosy Ve !

Portrait du Paille-en-Queue sur Nosy Ve

 

Comment aller à Nosy Ve ?

Pour aller à Nosy Ve, je conseille de partir en pirogue depuis Anakao : sur la plage, vous trouverez facilement un piroguier pour vous y emmener. En plus c’est l’occasion ou jamais d’essayer le voyage en pirogue, moyen de transport vraiment agréable et non-polluant, d’autant que Nosy Ve n’est vraiment pas loin d’Anakao !

Nathalie en pirogue

 

Généralement, les piroguiers assurant la balade vous proposent un tarif pour la journée comprenant le pique-nique sur place avec poisson au barbecue, du temps libre sur place pour la découverte et la baignade. Par contre comme le lagon est peu profond, vous aurez plutôt l’impression de barboter que de nager !

Pêcheur sur Nosy Ve

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

4 Réponses

  1. Paule

    Bonjour Nath,
    J’ai beaucoup apprécié ce que vous écrivez sur Madagascar… que je ne connais pas mais qui a souvent été évoquée par des amis malgaches et par ma fille… adoptée. Elle était à l’orphelinat catholique de FIANARANTSOA. Elle en est partie en 1989. Vous étiez à ce moment là un bébé ?
    A cette époque là, l’orphelinat était dirigé par une dame malgache, veuve Lafougère, qui avait des problèmes de santé et qui cherchait un successeur. Il me semble que l’orphelinat a été repris par une congrégation catholique. Pourriez-vous en savoir plus sur cet orphelinat ?
    A propos de couvertures, ma fille m’expliquait qu’ils dormaient sur des nattes (une natte pour plusieurs). Elle attendait que les adultes s’endorment pour tirer la couverture sur elle…
    Les toilettes étaient à l’extérieur, il fallait monter un escalier. Il y avait un grand terrain qui les séparait de la voie ferrée.
    A propos d’aide, je me souviens que j’envoyais des crayons et des cahiers, et encore des savonnettes, c’est ce qui m’était demandé.
    Des parents adoptants de la métropole envoyaient de jolis jouets anciens à l’orphelinat (petite cuisinière d’enfant, etc…).
    Si cela était possible, j’aimerais savoir s’il s’agit bien du même orphelinat, et si l’on a gardé des archives (par exemple le nom des enfants qui y séjournèrent -ou le nom de leur mère ?).
    Ma question est peut-être naïve…
    Je vous remercie par avance de la réponse que vous pourriez me donner.
    Cordialement.
    PS : Votre vécu du voyage et de la découvert est plutôt exceptionnel.

    Répondre
    • Nath

      Bonjour Paule,
      Merci de votre passage sur mon blog et de votre message : Madagascar est et restera un pays cher à mon cœur…
      En 1989, je n’étais plus un bébé mais j’étais encore haute comme 3 pommes !
      Pour l’orphelinat, je ne sais comment vous dire si c’est le même, sinon de regarder les photos sur cet article où je parle de l’orphelinat
      Quand j’y suis allée les enfants avaient chacun leur lit et des couvertures, même si c’était en nombre insuffisant. Je ne me rappelle pas d’une voie ferrée et les toilettes étaient dans la maison.
      Je voudrais pouvoir vous en dire davantage mais je ne sais pas… désolée…
      Bonne journée à vous et n’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

      Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.