De Guayaquil à Latancunga : 0 bus ! À Guayaquil, je me trouvais fort dépourvue lorsque je sus qu’aucun bus direct ne permettait de rejoindre Latacunga, ma prochaine ville étape. Un peu contrainte forcée, j’ai donc dû prendre un taxi pour avaler les 330 km de route.

Ma première vision de l’Équateur via la route m’a un peu déboussolée… Je m’attendais à traverser des villages andins et à me retrouver époustouflée en traversant les Andes via la Panamerica… Je crois que je m’étais imaginée trop des choses avant mon voyage…

En fait, la Panamerica n’est rien d’autre qu’une autoroute affreuse qui défigure traverse les Andes et des villes aussi anarchiques que bétonnées et délabrées, et finalement on n’a pas du tout l’impression d’être à 2800 m d’altitude.

Taxi pour Latacunga

 

Latacunga, ton univers impitoyable…

Après 6H de route, en arrivant à Latacunga, une seule chose m’est venue à l’esprit : « Mais pourquoi diable ai-je quitté les Galapagos ???… »
Qu’on soit bien d’accord, Latacunga est une ville quelconque, moribonde et pas franchement accueillante…

Là encore, je m’attendais à une atmosphère particulière d’un village situé à près de 3000 m d’altitude. Mais rien… À part un gros mal de crâne et un souffle court liés à l’altitude, je ne ressens rien d’autre qu’un sentiment de mal-être que je n’avais encore jamais ressenti en voyage…

Et les hôtels ne m’inspirent pas davantage… Je me rabats sur l’hôtel Rodelu qui semble être le plus engageant.

ville de Latacunga

 

L’hôtel Rodelu : loin de la vie de château !

40$ pour une chambre de 10m2, arrrgh… Le seul avantage c’est que la chambre est calme et qu’il y a des couvertures bien chaudes, mais sinon :

  • aucun charme
  • la fenêtre est en verre brouillée : pas de vue sur l’extérieur, je déteste !
  • le confort est réduit au minimum

Hôtel Rodelu à Latacunga

 

J’ai l’impression de vivre un énorme moment de solitude… Je n’ai qu’une envie… quitter cet hôtel, cette ville… Le pire c’est qu’il faudra quand même que j’y séjourne 2 nuits car j’ai prévu d’aller à la lagune de Quilotoa qui, paraît-il, vaut le détour…

Vous est-il déjà arrivé en voyage de vous sentir mal sans vraiment savoir pourquoi, de ressentir un moment de mal-être tel que vous avez eu envie de prendre vos jambes à votre cou ?

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Oui, je veux un lien vers mon dernier article !