Après les quelques jours passés à Semporna pour découvrir les îles paradisiaques des alentours, Sipadan en tête, j’avais prévu de mettre le cap sur Sepilok et d’y faire une halte avant de me transformer en aventurière dans la jungle du Kinabatangan.

Nathalie sur la terrasse du Labuk B&B

 

Comment aller de Semporna à Sepilok ?

 

1ère étape : de Semporna à Sandakan

Le plus simple est de prendre un Bus Express effectuant la liaison Semporna-Sandakan pour 35RM par personne, soit 7€ (tarif de 2007). On vous annoncera 5 heures de trajet, comptez plutôt 6 heures assez fatigantes !

En arrivant à Sandakan, selon votre programme, vous pouvez faire un petit crochet par le Central Market où vous retrouverez tous les fruits rafraîchissants qu’il faut absolument goûter lors d’un voyage en Malaisie !

 

2ème étape : de Sandakan à Sepilok

Puis, ne vous inquiétez pas, si vous ressemblez à un escargot avec votre gros sac sur le dos ou si vous tirez une valise en laisse, vous n’aurez pas à chercher un taxi, c’est lui qui vous repérera et viendra à vous !

25 km séparent Sandakan de Sepilok : en 2007, le chauffeur de taxi m’avait demandé 30RM soit 6€ pour cette course.

Nathalie au Labuk B&B

 

«FULL» n’est pas Beautiful !

 

L’hôtel dont je rêvais à Sepilok

Dans mon guide, j’avais repéré le Sepilok Jungle Resort parmi les différents hôtels possibles pour 2 raisons :

  • Pour le confort dont j’avais envie de profiter avant de partir plusieurs jours à l’aventure dans la jungle du Kinabatangan
  • Parce qu’il était situé à proximité du centre de réhabilitation des orangs-outans.

Sûre de mon choix, je ne m’inquiétais donc pas du lieu où j’allais dormir et du coup j’ai traîné un peu (trop longtemps ?) dans Sandakan… Oui, je suis un peu maso, après 6 heures de bus d’avoir encore envie de me balader dans la ville, avec un sac de 20 kg en laisse !!!

Et comme je voyage en mode routard, je n’avais pas pris la peine de réserver. À la réception de l’hôtel, je demande donc une chambre, sûre de mon coup, heu… un peu trop sûre en fait !

Je suis vite redescendue de mon petit nuage de routarde insouciante : le réceptionniste m’annonce que l’hôtel est FULL… Apparemment, je ne suis pas la seule à avoir eu envie d’un peu de confort en voyage ! Le hic c’est qu’il est déjà plus de 19H et qu’à cette heure-là, trouver une chambre va devenir une affaire d’état !

Mais c’est sans compter la gentillesse et la serviabilité des Malais, dont j’ai eu la preuve à plusieurs reprises ! Le réceptionniste du Sepilok Jungle Resort s’est chargé lui-même de me trouver un toit pour la nuit ! Il aura fallu plusieurs coups de fil se soldant par un «FULL» (Qu’est-ce que ce mot sonne mal, vous ne trouvez pas ?!!) avant qu’il m’annonce une bonne nouvelle ! Ouf !

Bungalow du Labuk B&B

 

L’hôtel où j’ai atterri à Sepilok

Me voilà donc au Labuk Bed and Breakfast, géré par Amy qui est gentiment venu me chercher !

Bungalow dissimulé dans la végétation

 

Vu comment l’affaire était mal embarqué, je m’estime très chanceuse d’atterrir dans un cadre aussi reposant : je loge dans un bungalow avec climatisation et terrasse au milieu d’une belle propriété verdoyante avec jacuzzi pour 150RM la nuit soit 30€.

Nathalie dans le jacuzzi du Labuk B&B

 

Finalement, le destin et le hasard font parfois bien les choses ! Je révise ma position : «FULL» peut parfois se transformer en Beautiful !!!

Salle à manger du Labuk B&B

 

Et le lendemain, je serai d’attaque pour aller visiter le centre de réhabilitation des orangs-outans !

Orang-outan

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

Une réponse

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.