Jusqu’en décembre dernier, le Queyras m’était totalement inconnu. Oh, j’avais bien en tête de vagues images de villages nichés dans le creux des montagnes, de paysages d’altitude minéraux, de sommets cherchant à flirter avec l’azur, mais à part ça…
À la base, j’y allais pour skier, sauf que cette année les flocons duveteux avaient décidé de faire grève. Aussi je fus la première surprise de découvrir qu’un séjour dans le Queyras, en plein hiver, même sans neige, peut prendre des airs de voyage au bout du monde ou… dans un autre temps !

vacances Queyras lac Egorgeou

Séjour dans le Queyras : voyage de caractère en terre originelle

Ce qui m’a vraiment frappée lors de mon séjour dans le Queyras, c’est cette impression de pénétrer sur un territoire complètement à part, presque hors-temps. Alors qu’aujourd’hui notre société est joyeusement engluée dans le virtuel, l’hyper-consommation, l’individualisme, la mondialisation ou même le sabotage des ressources naturelles, le Queyras, lui, semble évoluer au rythme de la nature pour préserver son identité et ses traditions.
Ce qui fait la richesse du Queyras ? Un patrimoine artisanal et architectural d’exception mais aussi un patrimoine humain fabuleux : comme si la rudesse de la nature environnante avait permis aux hommes de tisser des liens d’authenticité et de préserver des valeurs saines.

séjour dans le Queyras authentique

Un patrimoine architectural original

Le Queyras est composé de 8 stations-villages : Ceillac, Abriès, Arvieux, Aiguilles, Château Ville Vieille, Molines-en-Queyras, Saint-Véran et Ristolas. Des villages qui tirent leur charme à la fois :

  • De leur relatif isolement (remarquable surtout en hiver). La grande ville la plus proche, Briançon, est quand même à plus d’1H de route à la belle saison, parfois bien plus en plein hiver. On sent donc, au sein de ces villages, une organisation, une cohésion liée à cet isolement, qui leur permet de vivre presque en autarcie si nécessaire. Du coup, on y privilégie les productions locales et une utilisation raisonnée des ressources naturelles disponibles.
  • De leur habitat traditionnel hérité du passé, de leurs cadrans solaires uniques, de leurs fontaines chantantes en été, glacées en hiver.

séjour dans le Queyras : patrimoine architecturalIl règne dans ces petits villages une atmosphère singulière où on réapprend avec plaisir à vivre au rythme de la lumière du soleil.

Côté hébergement, l’architecture étant préservée, l’avantage d’un séjour dans le Queyras, c’est qu’il n’y a aucun risque de se retrouver dans l’une de ces tours bétonnées comme celles qu’on trouve dans les grandes stations de ski. Que ce soit un gîte d’étape à Arvieux, un week-end à Molines-en-Queyras, un appartement à Saint-Véran, une chambre d’hôtes à Ceillac, vous êtes sûrs de profiter d’un cadre typique, d’un toit au charme fou…

séjour dans le Queyras : Saint-Véran

Un patrimoine artisanal et humain

Les métiers de l’agriculture, de la nature, les métiers liés au terroir et à l’artisanat sont largement valorisés. Dans le Queyras, on pense local et collectif, on pense développement durable et bons produits. Les restaurants du Queyras privilégient l’approvisionnement auprès des productions locales, les producteurs se regroupent en coopérative : ici comme nulle part ailleurs on privilégie la filière courte pour permettre à chacun de vivre de son savoir-faire.
Quel bonheur de goûter du miel savoureux, des tartes aux myrtilles succulentes, d’excellents fromages…

séjour dans le Queyras

Des randonnées seule au monde lors de mon séjour dans le Queyras

La faute au peu de neige ? Peut-être… Toujours est-il qu’en plein mois de décembre j’ai profité de randonnées idylliques sur des sentiers pourtant très fréquentés à la belle saison. Marches en débardeur, pique-nique au sommet et au soleil, paysages d’une beauté brute baignés de calmé et de sérénité, rencontres avec chamois et bouquetins…

vacances Queyras paysages

Tel fut mon cocktail de la semaine :

  • Refuge de la Blanche avec foulées dans la neige vierge à 2500 m d’altitude
  • Randonnée au lac Soulier avec café face au lac gelé. Je me suis même risquée à marcher sur la glace…
  • Longue randonnée pour le lac Egorgeou avec vue sur le Viso, le plus haut sommet italien, tout simplement majestueux. Après 3 heures de marche, pour la seconde fois de ma vie, je fus émue en découvrant le lac figé dans les glaces. J’aurais pu rester là des heures… sauf que le soleil couche-tôt de l’hiver invite à ne pas s’attarder trop longtemps dans les sommets…
  • Lac Miroir sous la neige. Là, j’avoue l’ascension fut un peu plus rock’n roll, le sentier ressemblant à un long serpentin verglacé… Mais encore une fois là-haut, waouh…

Chaque randonnée a eu des allures de randonnées estivales tant l’hiver avait décidé de bouder cette année ! Même sans skier, j’ai pris un plaisir fou !

randonnée dans le Queyras lac de la Blanche

Jamais je n’aurais pensé qu’un séjour dans le Queyras m’aurait plongée dans un tel état de zenitude entre découverte d’authentiques villages comme tout droit sortis d’un autre temps et vagabondage dans les montagnes. Une semaine bienfaisante, réparatrice… à l’heure où de nombreux skieurs avaient préféré annuler leur séjour faut de neige. C’est un peu comme si j’étais partie hors-saison, à l’écart des déferlements touristiques : une coupure salvatrice ! Un voyage loin… près de chez moi !

Mont Viso

A propos de l'auteur

Salut, moi, c’est Nath’, je suis une intermittente du voyage, chasseuse d’images addict aux grands espaces et à la faune sauvage. ICI je vous emmène AILLEURS pour rêver, farnienter, lézarder, barouder à la rencontre de notre monde, vous venez ?

14 Réponses

  1. SYLVIE

    Ah ! Le Queyras ! Voilà un article qui me comble car figure-toi que c’est là que nous étions pour notre 2ème semaine de vacances l’été dernier, après notre semaine dans le Mercantour. Nous avons séjourné à Molines-en-Queyras et, même si le beau temps n’était pas au rendez-vous, je garde un merveilleux souvenir de ce séjour. Et là, tu ravives mes souvenirs avec ce très bel article et ces jolies photos : pour certaines je vois même très bien l’endroit où elles ont été prises 😉 Et surtout, tu me donnes l’envie d’y aller en hiver ! Avec ou sans neige, moi ça m’irait ! Avec neige on pourrait faire des balades en raquettes, et sans neige on ferait exactement comme tu as fait ! L’été dernier nous avons été au lac Soulier, et là il nous a fallu sortir les ponchos au lieu du pique-nique !!! Nous sommes également passés par le refuge de la Blanche lors de notre montée vers le lac Blanchet inférieur, qui se trouve un peu plus haut (superbe avec toute ses linaigrettes en été). Le lac Miroir, sur le chemin du lac Sainte Anne, a été un de mes gros coups de coeur : je n’ose imaginer le chemin à cette saison, mais par contre ça doit être superbe là-haut. Par contre à cause des vilains tours de la météo nous n’avons pas eu le temps de faire le lac Egorgéou, qui m’aurait bien tentée ! J’espère bien que ce n’est que partie remise car, même si c’est bien loin de chez moi, j’ai bien espoir de retourner un jour dans cette merveilleuse région ! Tu as de la chance d’être si près, alors profite en bien 😉

    Répondre
    • Nath

      Dis moi on va finir par se croiser sr les chemins de rando ! 😉 J’étais aussi à Molines-en-Queyras.Et moi c’est le lac Blanchet inférieur que je regrette de ne pas avoir pu faire : trop de neige pour le coup donc trop dangereux et chemin introuvable !
      C’est vrai je ne suis pas très loin mais en même temps pas assez près pour un week-end !
      Tu n’as pas eu trop de monde sur les chemins à la saison où tu y es allée ? Parce qu’on m’a dit que le lac Egorgéou en été ce n’était pas vraiment le calme reposant que j’ai connu…

      Répondre
      • SYLVIE

        Si, il y avait du monde cet été, en particulier au Lac Miroir où il faisait beau ce jour là, et qui fait partie des incontournables… Au lac et refuge de la Blanche il y avait du monde aussi, mais par contre après pour monter au lac Blanchet inférieur il n’y avait quasiment plus personne : c’est souvent comme ça en montagne quand il y a des choses à voir à différents « niveaux » : plus ça grimpe et moins il y a de monde ! Pour avoir moins de fréquentation il n’y a qu’une solution je pense, qui est le hors saison, mais comme nous on n’a pas cette possibilité pour l’instant, on est obligés de faire avec, et chaque été pour les randos c’est la même chose : dès que c’est connu, c’est la foule sur les sentiers !
        Le dernier article de SYLVIE : L’étang de ComteMy Profile

      • Nath

        Ah oui je connais le souci ! Moi aussi je suis contrainte de partir en août l’été… Tu as raison faut faire avec le monde ou alors adapter légèrement ses horaires pour ne pas être sur les sites aux heures d’affluence.
        Toi aussi tu as remarqué que plus ça monte moins il y a de monde ! 😉

  2. Estelle - Curiosity Escapes

    Oh ben tiens, l’année de mes 18 ans, c’est dans le Queyras que j’ai trouvé mon premier job d’été en tant que serveuse et l’ambiance que tu décris c’est exactement ça. On connait tous les clients qui viennent manger le midi, plus quelques touristes de passage, ambiance à la bonne franquette. L’après-midi j’allais boire un thé artisanal au bar du village suivant. Et puis la tarte aux myrtilles, c’est trop ça.

    Répondre
    • Nath

      Je suis ravie d’avoir réussi à retranscrire l’ambiance de cette région merveilleuse ! Tu as travaillé dans quel village ? Tu y es retournée depuis ?

      Répondre
      • Estelle - Curiosity Escapes

        J’étais dans le village d’Arvieux et j’y suis retournée la même année pour travailler 2 semaines aux vacances de Noël. A cette période j’avais moins profité car c’est plus du ski de fond qu’on fait par là, plutôt que du ski alpin. Mais en été je faisais de belles randonnées et puis il a la Casse Déserte, cette formation rocheuse particulière. Bref une belle région, je pourrais y retourner. J’aime l’ambiance qui s’y dégage dans les villages. A l’époque où j’étais serveuse, je devais aller à la bibliothèque du village, ouverte seulement 3 heures par jour, pour avoir accès à internet. Coupée du monde, heureusement que j’avais les DVDs de Desperate Housewives à regarder sur mon PC, lol.

      • Nath

        Oui l’ambiance qui se dégage de ces villages est à part je trouve : tout ce que j’aime, des villages qui ont une âme !
        Casse Déserte, oui j’ai vu cet endroit c’est très étrange et très beau !
        J’ai remarqué aussi que la connexion internet dans le Queyras n’était pas toujours top !

  3. Marc

    Nath, pour le Queyras , en début de semaine dernière il y a eu un gros retour d’est et il est tombé 1m-1.5m de neige 🙂 donc question neige pas de problème. La descente dans la forêt sur Valpréveyre (Abriès) était terrible 🙂
    Toujours aussi agréable d’aller skier là bas….

    Répondre

Laissez un p'tit mot !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cochez cette case pour indiquer votre dernier article.