2 nuits à Latacunga, cette ville que je n’aime pas, sont largement suffisantes : je préfère rester sur le goût délicieux de la lagune de Quilotoa et mettre les voiles vers Otavalo, plus authentique, d’après les dires des voyageurs rencontrés.

200 km séparent Latacunga d’Otavalo et pas de moyen direct de s’y rendre… Va falloir jongler entre les correspondances, et encore une fois, comme je ne parle pas espagnol, cela ne va pas être très pratique !

 

Taxi + bus + re-bus = Otavalo !

Me lever tôt. Plier bagage. Avaler un p’tit déj’ sur le pouce. Sortir de l’hôtel. Héler un taxi. Monter dans le taxi. Lui demander le départ des bus pour Quito. Me laisser conduire à toute allure sans savoir où je vais. Payer 1$ la course de taxi. Comprendre que le chauffeur m’indique de sauter dans le bus qui passe. Héler le bus sans trop savoir s’il va jusqu’à Quito. Monter dedans. Regarder ma montre : il est 8H30. Me faire confirmer que le terminus est bien la capitale. Payer 1,50$ le trajet en bus. Reprendre mon souffle. Il est 9H45. Je suis arrivée à la gare routière de Quito.

1ère partie du trajet jusqu’à Quito : OK !

Gare routière de Quito

Être impressionnée par la gare routière de Quito flambant neuve. Ne pas rêvasser. Demander les bus pour Otavalo. Monter au second étage. Trouver le comptoir 11 ou 12. Demander au guichet un ticket de bus pour Otavalo. Payer 2,25$ le trajet. Demander où est le départ du bus. Ne rien comprendre (comme d’hab’) à ce qu’on m’explique. Redescendre. Regarder les dizaines de bus alignés. Me sentir perdue. Chercher le bon bus. Galérer un peu… pas trop… Trouver le bus. Monter dedans. Regarder ma montre : il est 10H30. Comater pendant 3H pour récupérer de cette course aux transports.

2ème partie du trajet de Quito à Otavalo : OK !

Quito, gare des bus, vers Otavalo

 

Il est 13H30, je suis à Otavalo ! Ouf, la première impression que m’inspire cette ville est bonne 🙂 Reste à trouver mon hôtel (non réservé) : l’hôtel Riviera Sucre.

Otavalo, hôtel Riviera Sucre

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Oui, je veux un lien vers mon dernier article !