300 mines déconfites, anxieuses, les traits tirés, des valises sous les yeux, attendent le 5 août à 6H du matin et des poussières en porte B1 à l’aéroport Zaventem de Bruxelles…
300 mines qui se seraient bien passées de se voir offrir la première nuit de leurs vacances sur l’aéroport Zaventem de Bruxelles…
300 mines qui prient secrètement pour que leur avion décolle enfin…

Jetair no smile

Le récit d’une galère offerte par Jetair

– samedi 4 août, 12H : à l’ouverture de l’enregistrement des bagages pour le vol JAF 675 en direction de Bangkok et Phuket, l’excitation est à son comble dans les rangs des vacanciers qui ont trimé toute l’année pour se payer un séjour au pays du sourire… Sur le vol il n’y aura que de grands enfants, trépignant d’impatience qui aimeraient déjà être LÀ-BAS !…

– samedi 4 août, entre 12H et 14H30 : tous les passagers acceptent sans rechigner les files d’attente pour les multiples contrôles, se soumettent docilement à la vérification corporelle lorsque leur corps sonne en passant au détecteur : l’accès au sas d’embarquement est à ce prix…

– samedi 4 août, 15H : l’avion aurait dû prendre son envol. Il n’en est rien. Les passagers du vol JAF 675 attendent toujours en salle d’embarquement.

– samedi 4 août 15H30 : du mouvement, enfin ! Le personnel au sol commence à valider les précieux sésames d’accès à bord et les premiers passagers s’engagent dans le tunnel menant à l’appareil. Ils resteront bloqués dans ce tuyau surchauffés de longues minutes, déroutés face à une porte d’avion désespérément close… Au bout de ce qui ressemble à une éternité, les voyageurs sont priés de faire demi-tour et de retourner en salle d’embarquement.

– samedi 4 août entre 15H30 et 17H30 : partira… partira pas… La politique de Jetair en cas de pépin semble être le zéro info aux passagers. Personne ne sait ce qui se passe. Il y aurait un problème technique sur l’avion, réparable, pas réparable, grave, bénin… J’ai la désagréable impression d’être parquée en salle d’embarquement, forcée d’attendre, d’attendre, d’attendre… Je m’étale sur la moquette histoire de dormir un peu et d’accélérer le temps… Les hypothèses fusent en salle d’embarquement… L’inquiétude se lit sur les visages, même si chacun prie secrètement pour que l’avion bouge sa carcasse du tarmac et les emmène vers le paradis promis…

– samedi 4 août, après 17H30 : enfin une vraie annonce, et pas des plus réjouissantes ! Le bobo de l’avion est plus sérieux que prévu, des docteurs en avion vont être obligés d’opérer toute la nuit. Tous les passagers sont invités à récupérer leurs bagages pour séjourner sur l’aéroport la nuit à venir et se représenter au comptoir d’enregistrement le lendemain à 5H du matin. Un ticket de 16€ et un ticket de 9€ seront gracieusement remis à chaque passager pour le premier dîner de leurs vacances !

Comptoir Jetair désert

– samedi 4 août, 18H et des poussières : bagages récupérés, tickets repas remis au comptoir de Jetair par du personnel entraîné par une Cerbère prête à mordre tout ce qui ressemble de près ou de loin à un voyageur !
Et pour la nuit d’hôtel ? Jetair prend en charge mais il faut revenir faire la queue à 19H pour avoir un ticket pour une chambre… Ce qui est cool c’est qu’il y a tellement de choses à voir dans l’aéroport qu’on ne voit pas le temps filer !…

– samedi 4 août, 19H : On nous annonce que nous avons l’énormissime privilège de pouvoir bénéficier d’une nuit au luxueux hôtel Sheraton de l’aéroport de Bruxelles. Quelle chance inouïe ! C’était l’un de mes rêves inavoués ! Il faut dire qu’entre une nuit au Sheraton de Bruxelles et une nuit en Thaïlande… les voyageurs sont ultra-ravis de ce cadeau offert par Jetair bien sûr !

Sheraton Zaventem

– samedi 4 août, 19H45 : On est installés comme des pachas, il ne reste plus qu’à profiter d’un dîner gastronomique avec nos tickets repas si généreusement offerts. Ah oui, bien sûr, il ne sont pas valables dans le restaurant du Sheraton. Mais qu’importe il y a une cafétéria à l’étage dans l’aéroport, avec une superbe vue sur les pistes alors autant en profiter ! Et de toute façon à cette heure-là, les autres hauts lieux de la gastronomie Zaventemoise ont fermé leurs portes. C’est sûr, on n’est pas dans l’aéroport de Hong Kong !
Le choix du menu est rapide : c’est boulettes de viande ou boulettes de viande, et en accompagnement : des frites ou des frites trop heureuses de sauter dans l’assiette pour tremper joyeusement dans la sauce tomate. Quelques morceaux de fromages, des fruits limite moisis, des yaourts… Si la boisson ne coûtait pas un tiers du ticket on aurait presque du mal à le dépenser dans son intégralité !
Heureusement que les voyageurs, soudés par la mésaventure, se regroupent et tentent quelques plaisanteries pour faire passer la pilule.

– samedi 4 août 21H : extinction des feux, car demain l’aventure continue dès 5H du mat’ !

– dimanche 5 août, 5H du mat’ : re-les formalités, re-les contrôles, re-les détecteurs… et re-la salle d’attente d’embarquement…

– dimanche 5 août, 7H30 : à l’heure où l’avion aurait dû décoller, encore une fois la pratique du zéro infos…

– dimanche 5 août, 8H15-8H30 : avec 17H de retard, le boeing 767-300 daigne enfin voler de ses propres ailes. Un éclair de soulagement traverse les visages de 300 passagers qui ce matin, se demandaient encore si leur séjour à Bruxelles n’allait pas encore se prolonger…

Formalités Jetair

Quand Jetair saborde les vacances de ses passagers en toute impunité…

Vu de l’extérieur, on pourrait se dire que Jetair agit avec une vraie conscience professionnelle en prenant la décision de ne pas faire décoller un appareil défectueux. Sachez qu’il n’en est rien car ce même appareil avait rencontré exactement le même problème 15 jours plus tôt et avait gâché de la même façon le voyage de 300 passagers…

Jetair se contente donc de mettre une rustine sur les problèmes et ne prévoit même pas un appareil en remplacement pour éviter que des passagers restent sur le tarmac.

Jetair s’imagine qu’une nuit au Sheraton et 2 tickets de restauration généreux (sik) compenseront les désagréments des voyageurs qui ont le temps, puisqu’ils sont en vacances… (re-sik)
Ouais, Jetair se fiche pas mal qu’un jeune homme ait économisé pendant 3 ans pour s’offrir une toute petite semaine de vacances (amputée d’une journée), qu’une famille manquera les 2 premiers jours de leur circuit et devront rattraper leur groupe en cours de route, que des voyageurs manqueront leur correspondance…
La bien maigre compensation financière offerte par la compagnie ne pourra pas remplacer le temps de vacances perdu, un temps bien plus précieux que l’argent…

Jetair n'assure pas !

Jetair, plus jamais !

Il s’agissait d’un vol charter… Perso j’ai plutôt l’impression d’avoir eu affaire à une compagnie low-cost qui n’a fait qu’accumuler les erreurs sans se préoccuper un instant de ses passagers…

Jetair est une compagnie d’amateurs qui donne une bien mauvaise image de la profession !

Perso, Jetair est désormais sur ma black list !

Si vous étiez sur ce vol ou si vous avez vécu pareil mésaventure avec Jetair et que vous tombez sur cet article, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire, cela peut éviter à d’autres voyageurs d’être victimes du manque de professionnalisme de cette compagnie.

Attente d'infos de la part de Jetair

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Oui, je veux un lien vers mon dernier article !